Les chemins de la résilience ?

On connaît Kim Thúy comme écrivaine et conférencière francophone. À travers ses récits, elle partage depuis 2009, dans une écriture pleine de sensibilité, son parcours d’immigrante. Ru est son premier roman, sorti en octobre 2009 aux éditions Libre Expression. Dans cette autobiographie fictive, l’auteure aborde – dans la transparence et l’humour – les défis de l’intégration. Entre les souvenirs d’une enfance vécue sous le régime communiste, et les premières années d’installation au Québec, Ru se présente sous la forme de 113 micro-récits qui nous plongent dans la réalité des boat people, avant et après leur installation  au Canada.

L’exil, un choix difficile

On découvre dans Ru, l’histoire fictive de Nguyen An Tinh, narratrice principale, et personnage inspirée de la vie même de Kim Thúy. Née en 1968 au Vietnam, elle y passe son enfance, entourée de ses parents et de ses frères. Quelques années plus tard, la montée du régime communiste en Indochine, accompagnée de menaces de persécutions, viennent transformer son quotidien. Craignant pour leur sécurité, les Nguyen prennent une décision radicale, et décide en 1978 de fuir le Vietnam. C’est à bord de bateaux de fortune, qu’ensemble ils traversent pendant plusieurs mois la Mer de Chine. Le livre raconte la fin d’une enfance, et le début d’une vie nouvelle, à bâtir dans un pays encore inconnu : le Canada.

Le Québec, terre d’accueil

À son arrivée à Granby, c’est tout un univers qu’elle doit appréhender. En effet, la langue, le climat, ainsi que les particularités des valeurs québécoises représentent à ce moment, des défis de taille pour la jeune Nguyen. Au début, elle se réfugie dans un mutisme qui inquiète son entourage. Réservée, elle trouve dans les livres et particulièrement dans l’écriture, une façon de se révéler.

Finalement, il lui faudra plusieurs années pour s’acclimater et s’imprégner du mode de vie québécois. Elle nous raconte, par exemple,  avec un grand sens de l’autodérision comment l’accueil de Marie-France, sa première professeure au Canada, a contribué  à son apprentissage de la langue française. Elle nous partage également son sentiment de reconnaissance envers les habitants de Granby qui ont accueilli sa famille avec une admirable ouverture d’esprit.

Un roman d’héritage

Inspiré grandement de l’histoire personnel de Kim Thúy, ce livre relate l’expérience de l’exil et du déracinement. Confrontées à des choix difficiles, plusieurs familles de migrants ont dû laisser derrière eux, non seulement leurs biens, mais parfois des êtres chers. Le destin de Nguyen An Tinh témoigne de leur sentiment de désespoir mais aussi de leur volonté de survivre. En recourant à ses souvenirs et aux traumatismes qui en découlent, l’auteure dresse un témoignage authentique au sujet d’un voyage initiatique durant lequel elle s’est forgée une nouvelle identité.

Au-delà d’un roman d’héritage, Ru nous ouvre le coeur sur l’histoire de ces migrants, les boat people.